conexión balcánico-latinoamericana

Drogue : la base sud-américaine des mafias serbes et monténégrines
Ils sont Serbes ou Monténégrins, ils travaillent pour le compte de Darko Šarić, toujours en cavale, ou de Joca Amsterdam, emprisonné en Serbie. Ils vivent en Argentine, en Uruguay ou au Brésil. Ils ont de bons contacts en Espagne, en Hollande et dans tous les ports d’Europe. Ce sont les nouveaux professionnels balkaniques d’un très juteux commerce, celui de la cocaïne.

À lire aussi :

Serbie-Monténégro : bientôt un accord d´extradition mutuelle

Des représentants de la justice de Serbie et du Monténégro ont commencé les discussions pour un accord qui permettrait l’extradition mutuelle de leurs ressortissants accusés de crimes graves. L’accord d’extradition avait été évoqué lors de la visite du Président Tadić, le 8 juillet. Un accord de ce type a été signé le mois dernier entre la Serbie et la Croatie.

Retrouvez notre dossier :

Drogues : la route des Balkans
De longue date, la « route des Balkans » est utilisée par les trafiquants, qui convoient l’héroïne afghane vers l’Europe occidentale, via la Turquie. D’autres itinéraires sont apparus ces dernières années : le Monténégro est devenu une plaque tournante de la cocaïne sud-américaine, tandis que se développait le marché des drogues de synthèse. Aujourd’hui, tous les signaux sont encore au rouge : faute de volonté politique et de coopération entre les États de la région, dans les Balkans, le marché de la drogue se porte bien, très très bien.

et nos derniers articles :

Drogues : la « route des Balkans », plus active que jamais
Les Balkans, plaque tournante du narcotrafic vers l´Europe de l´Ouest
Monténégro : bon trip pour le narcotrafic

19-VII-10, courrierdesbalkans