´Présidentielles en Transnistrie: Igor Smirnov éliminé dès le premier tour´, cdb

Le Courrier des Balkans

Présidentielles en Transnistrie : Igor Smirnov éliminé dès le premier tour

Mise en ligne : lundi 12 décembre 2011
C’est une petite révolution. Igor Smirnov, qui achevait son quatrième mandat à la tête de la Transnistrie, entité sécessionniste de Moldavie, est éliminé dès le premier tour de l’élection présidentielle. Un « outsider », l’Ukrainien Evgueni Chevtchouk, fait figure de favori pour le second tour, face à Anatol Kaminski, qui jouissait pourtant du soutien ouvert du Kremlin.
JPEG - 73.7 ko
Tiraspol (©CdB/Laurent Geslin)

Le taux de participation à l’élection présidentielle de dimanche s’élève à 54% des inscrits, alors qu’il fallait un taux d’au moins 50% pour que le scrutin soit validé.


Retrouvez notre dossier :
Élections présidentielles en Transnistrie : Moscou contre le clan Smirnov ?


Selon les résultats communiqués en fin de nuit, portant sur 95% des bulletins dépouillés, la défaite du sortant Igor Smirnov est confirmée. Le second tour, dans deux semaines, opposera le favori Anatol Kaminski, actuel président du Soviet suprême (parlement), et favori de la Russie, à un « outsider », Evgueni Chevtchouk.

Ce dernier crée la surprise en arrivant en tête, avec 39% des suffrages - loin devant Anatol Kaminski (27%). Les deux hommes sont membres du même parti du Renouveau, mais les origines ukrainiennes d’Evgueni Chevtchouk auraient pu jouer en sa faveur, alors que les Ukrainiens forment la seconde communauté nationale de la République sécessionniste, coincée entre Moldavie et Ukraine, et dont l’ukrainien est l’une des trois langues officielles, avec le russe et le « moldave » (roumain écrit en alphabet cyrillique).


Suivez l’élection en direct sur le site de notre partenaire Roumanophilie


À l’inverse, il ne semble pas que le soutien ouvert du Kremlin ait profité à Anatol Kaminski, ce qui représente une autre révolution, dans un « pays » économiquement en politiquement dépendant de Moscou.