´Serbie: chassé de chez lui parce qu’il est homosexuel´, cdb

B92/courrierdesbalkans

Serbie: chassé de chez lui parce qu’il est homosexuel

Traduit par Persa Aligrudić
Publié dans la presse : 15 décembre 2011
Mise en ligne : dimanche 18 décembre 2011
Après avoir avoué qu’il était homosexuel, Stefan Radović, 19 ans, a dû quitter sa ville natale de Kuršumlija : ses parents et presque tous ses proches l’ont renié. Il n’a ni revenu, ni nourriture ni possibilité de se scolariser. Il vit provisoirement chez les parents d’une amie, près de Niš.

Stefan Radović a dit en public ce que personne n’était prêt à entendre. Il a décrit son enfance et les tortures quotidiennes qu’il a dû subir depuis ses 10 ans. « Dans la rue, que je sois seul ou accompagné, on me disait sans cesse : « pédé, il faut te tuer, et beaucoup d’autres injures…. Jusqu’à ce présent, j’ai vécu mes meilleures moments enfermé dans ma chambre », raconte-t-il.


Retrouvez nos dossiers :
LGBT : les homos des Balkans se font entendre


Stefan dit que c’est pour cette raison qu’il a décidé de parler publiquement de ce qu’il a enduré, en étant bien conscient des conséquences. Néanmoins, il ne s’attendait pas à être rejeté par les siens et jeté à la rue par son père.

« Je ne regrette pas de l’avoir dit, car il est évident qu’on peut tout dire sauf la vérité. Au moins, je ne vis plus dans le mensonge, mais je n’attendais pas une telle réaction. Je pensais qu’il serait en colère quelques jours, mais de là à me jeter dehors, à se désintéresser totalement de mon sort... Je ne m’attendais pas à cela ».

Stefan se trouve actuellement dans un village près de Niš. Il a été accueilli par la famille d’une camarade, mais ils ne savent pas encore la raison pourquoi il a été chassé de chez lui. « Ma sœur, en première année de secondaire, m’appelle. Elle me soutient. Mais pas les autres. Ma tante de Novi Sad m’a appelé en me disant des choses horribles, me demandant de ne pas les appeler et de couper tous les liens entre nous ». Même sa mère ne l’a pas appelé pour lui demander comment il se débrouille.

Stefan assure qu’il n’a pas peur des conséquences, ni de ce qui arrivera lorsque les gens chez qui il se trouve sauront qu’il est homosexuel. Pourtant, il reconnait avoir peur d’être abandonné de tout le monde et de se retrouver dans la rue à 19 ans.